Archives du Cantal

« Instruments nécessaires à l’exécution des arrêts criminels » (1811-1818)

« Instruments nécessaires à l’exécution des arrêts criminels »

(1811-1818)

« Le supplice que j’ai inventé est si doux qu’il n’y a vraiment que l’idée de la mort qui puisse le rendre désagréable. Aussi, si l’on ne s’attendait pas à mourir, on croirait n’avoir senti sur le cou qu’une légère et agréable fraîcheur »[1]. C’est pour le moins avec un léger euphémisme que Joseph Ignace Guillotin décrivait la machine à laquelle la postérité à rattacher son nom : la guillotine ! Si ces propos peuvent nous paraitre déplacés ou même choquants. La parole du docteur Guillotin est pourtant sincère et ses intentions louables. Il propose à l’Assemblée constituante, dès le 1erdécembre 1789, que « les délits de même genre seront punis par les mêmes genres de peines, quels que soient le rang et l'état du coupable », et demande que « la décapitation fût le seul supplice adopté et qu'on cherchât une machine qui pût être substituée à la main du bourreau ». En effet, sous l’Ancien Régime, les condamnés à mort étaient exécutés différemment en fonction de leur rang et état : les nobles périssaient par l’épée du bourreau tandis que les roturiers pouvaient subir le supplice de la roue ou la pendaison. Par volonté d'exemplarité, la justice met en scène les châtiments qu'elle inflige. En 1730, Jean Mazin, de Chastel et Benoît Bardel, de Rageade, accusés d’assassinat et de vol, furent condamnés à avoir « les jambes, bras, cuisses et reins rompus vifs sur un eschaffau qui, pour cet effet, sera dressé en la grande place ce cette ville de Saint-Flour et chacun d’eux mis ensuitte sur une roue, la face tournée vers le ciel pour y finir leurs jours »[2]. C’est donc bien dans un souci d’égalité, mais aussi de justice et d’humanité, qu’en mars 1792, l’Assemblée constituante décrète que désormais « tout condamné à mort aura la tête tranchée ». C’est alors que le docteur Guillotin propose sa machine, assisté du docteur Louis, homme de science et expert médical. S’il n’en est pas à proprement parler l’inventeur, c’est bien lui qui fera adopter son usage par les législateurs.

Guillotine "modèle 1793"
Guillotine "modèle 1793"
Nouveau règlement sur les frais d’exécution des arrêts criminels (1811)
Nouveau règlement sur les frais d’exécution des arrêts criminels (1811)

La justice cantalienne n’attend pas longtemps pour mettre en œuvre ce nouveau mode d’exécution. Dès le 28 juillet 1792, Louis Prax, condamné à mort pour strangulation, est le premier cantalien à subir les affres de la guillotine. Cette première a lieu à Aurillac. Mais dès l’an IV, le siège du tribunal criminel du Cantal est fixé à Saint-Flour. Et sauf en de rares exceptions, c’est dans cette ville que se dérouleront désormais les futures exécutions capitales. Pour se conformer au décret impérial du 18 juin 1811 réglementant l'administration de la justice en matière criminelle, un nouveau règlement sur les frais d’exécution des arrêts criminels est établi par le ministère de la Justice. Une copie, extraite des archives de la sous-préfecture de Saint-Flour, en est ici présentée. L’article 2 fait état des « instruments servant aux exécutions » : un « grand échafaud pour les exécutions à mort », « un petit échafaud pour les expositions », « une machine à décapiter, avec ses accessoires », « des poteaux pour les expositions »… Car si la Révolution fait de la guillotine l'instrument unique du supplice, la justice conserve toute de même pour un temps les aspects théâtraux du châtiment. L'exposition des condamnés se maintient jusqu'en 1832, et les exécutions demeurent publiques jusqu’en 1939. A Saint-Flour, comme sous l’Ancien Régime et jusqu’en 1821, elles ont lieu sur la Place d’Armes dans la partie comprise entre le bailliage et la cathédrale. On y installe le grand échafaud sur lequel est hissée la guillotine à la vue du plus grand nombre. Ce dernier « est établi de manière à être fixé à chaque angle dans des pierres de taille, incrustées au pavé de la grande place de Saint-Flour ». A ses côtés se trouve le petit échafaud sur lequel on expose les condamnés. Lorsque le jugement le prescrit, c’est sur cet échafaud que le bourreau appose une marque aux fers rouges ou flétrissure sur l’épaule droite du condamné.

L’article 7 du nouveau règlement prescrit que « les préfets feront dresser un devis estimatif des instruments ». A cet effet, le sous-préfet de Saint-Flour commissionne, Antoine Delmas, maitre charpentier, et Jean Valadier, maitre serrurier. Charge à eux d’établir un devis estimatif des réparations nécessaires et des transformations permettant à ces instruments de « pouvoir être transportés et placés partout où il y aura lieu ». A la lecture du devis, le tout, bien que régulièrement utilisé[3], semble en très mauvais état : « l’escalier extérieur par lequel on monte sur l’échafaud doit être refait à neuf », « cet échafaud dont la superficie est de 48 mètres quarrés a besoin d’être remanié en entier », « la planche à bascule où le condamné est attaché doit être refaite à neuf avec coulisse » et « que n’y ayant point de billot, il doit être établi un en bois de chêne ». Quant à l’échafaud pour les expositions « il n’en existe pas ». Les artisans préconisent d’en construire deux, chacun pouvant « y exposer deux personnes, en y adaptant deux poteaux avec carcan à boulon, écrou, chaine et cadenas ». Ils notent cependant que « les fers pour les flétrissures existent pour avoir été faits nouvellement ». Toutefois, « il manque le réchaud, les pèles, pincettes et soufflets exigés par le règlement ». En 1818, un nouvel inventaire est prescrit par le préfet. L’état du grand échafaud laisse toujours à désirer : l’escalier est à rétablir et le plancher en mauvais état. La machine à décapiter est aussi à réparer. En revanche, le petit échafaud a été construit et il est jugé en état. Le billot en bois de chêne n’est plus manquant mais en mauvais état. Quant aux réchauds, pelles et soufflets, ils sont toujours manquants. Ceci expliquant cela, une note fait observer que « les objets désignés dans le présent inventaire sont tout bonnement placés sous un angar dressé au milieu des décombres d’une ancienne maison détruite appartenant à la ville, laquelle n’a qu’une mauvaise toiture et ne peut préserver des injures et des dégradations du mauvais temps ».

Cote ADC : 3 SC 8889

Document rédigé par Nicolas Laparra

[1] Base de données des députés français depuis 1789, Assemblée nationale.

[2] Le Bourreau et la guillotine à Saint-Flour/ L. Bélard ; réédité par Géraud Jarlier, 1982.

[3]Jean-Pierre Serre dénombre approximativement 73 exécutions entre 1799 et 1815 : « Les exécutions capitales à Saint-Flour du Consulat à la troisième République » dans Bulletin de l'association Cantal-Patrimoine, 2007, p. 22-33.

Partager sur