Les communistes, les élections et le programme commun (1973)



Le parti communiste cantalien a déposé aux Archives départementales, début 2013, plus de 90 ans et près de 30 mètres linéaires d’archives. Dans cet ensemble très complet, les chercheurs trouveront une foule de renseignements sur le Cantal depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Il y a quarante ans, au début de 1973, le parti communiste prépare les élections législatives des 4 et 11 mars. Dans la circonscription d’Aurillac, le candidat du Parti est Michel Leymarie, ancien adjoint au maire d’Aurillac (1965-1971), bien connu aux Archives départementales par ses travaux historiques et ses collections ; son suppléant est Jean Cipière, maire de Leynhac et conseiller général de Maurs. L’affiche représente, de manière humoristique, Michel Leymarie, sans lui donner plus de cheveux que sur les photographies officielles parues dans le Cantal ouvrier et paysan (dont on a conservé les typons), et le visage souriant de Jean Cipière (46 ans)

Les communistes soutiennent alors le programme commun, élaboré en juin 1972 avec les socialistes et les radicaux de gauche. Au premier tour, ils font 21,1 %. Au second, se présentant contre Chauvet (URP) et Nolorgues (Réformateur, qui a pu se maintenir), ils font 32,7 %. On a oublié l’importance électorale qu’eut le parti communiste ; ce poids ne donne que plus d’importance aux archives qui ont été confiées au service public des Archives départementales.

La notice biographique de ces figures du parti communiste est présente dans le Dictionnaire biographique du mouvement social cantalien (1940-1968), paru en 2004 et dû à la plume de Vincent Flauraud, président de la Société de la Haute-Auvergne, dont Michel Leymarie fut d’ailleurs l’un des piliers.


ADC, 8 BIB 2680