Les armoiries du curé de Giou-de-Mamou en 1641



En tête du registre paroissial, Pierre Labroha, de la communauté des prêtres filleuls de Notre-Dame d'Aurillac, devenu curé de Giou en 1641, se compose des armoiries. On peut les blasonner ainsi : "à un cœur posé sur un mont et planté d'une croix, chargée d'un bâton portant une éponge et d'une lance posés en sautoir, portant en pointe un médaillon chargé des lettres P L; le tout accompagné à dextre d'une épée basse et, à senestre, d'un cierge allumé."

Le centre de l'écu est le représentation du Calvaire, avec la croix, le bâton muni d'une éponge par lequel on fit boire du vinaigre au Christ, la lance dont on lui perça le côté et le cœur qui versa son sang.

En bas de l'écu, les lettres P L sont les initiales de Pierre Labroha.

Quant au cierge et à l'épée, ce sont les deux meubles des armoiries du seigneur-abbé d'Aurillac, ce qui constitue un petit mystère puisque l'église Saint-Bonnet de Giou-de-Mamou était un prieuré uni à la communauté des prêtres-filleuls d’Aurillac depuis 1593, et non au chapitre Saint-Géraud.

Ces armoiries sont donc celles d'un prêtre, issu d’une famille bourgeoise, qui ne porte pas d'armoiries, mais ses initiales ; qui marque une dépendance à l'égard du chapitre Saint-Géraud d'Aurillac ; et qui montre sa dévotion personnelle pour la Passion du Christ.

 

ADC, 5 E 655