Vente de biens situés à Tourtoulou, paroisse de Reilhac (1485, copie de la fin du XVIe siècle)



Acte de vente
Initiale calligraphiée
Signature
« Anthonius Vayra », bourgeois d’Aurillac, vend à Géraud Gard, « bachelier en décrets » (c’est-à-dire en droit canon) habitant à Aurillac, un cens assis sur deux domaines (ou « affars ») du village de Tourtoulou, paroisse de Reilhac : « Lerendia » et Montcalm. Ces affars sont grevés de cens, c’est-à-dire de redevances annuelles en seigle (4 setiers), en avoine (3 setiers) et en espèces (2 sous tournois), sans compter les droits de justice afférents. La possession de ces cens constitue une rente foncière. Antoine Vayre reçoit donc en paiement le capital que Géraud Gard investit. C’est ainsi que les juristes et hommes de loi d’Aurillac deviennent peu-à-peu propriétaires fonciers, parfois titulaires de droits seigneuriaux.

L’acte de 1485 est en latin, comme c’est l’usage jusqu’à l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539, qui fait du français la langue officielle. Il s’agit ici d’une copie sur parchemin de la fin du XVIe siècle, authentifiée par le notaire Leygonie et son « seing manuel », signature très reconnaissable et très travaillée. Ce document fait partie d’un petit fonds d’archives récemment acquis par les Archives départementales, entièrement consacré au domaine de Tourtoulou (ici appelé Tortolo), qui existe encore même si le logis actuel ne ressemble plus à celui de 1485.

Dans le corps du texte, le titre et les mots importants sont calligraphiés en lettres capitales. L’initiale « U », dessinée à l’encre comme le reste de l’acte, est remarquable. Elle est ornée de quatre visages humains grotesques de profil. Cette décoration gratuite, dépourvue de signification, donne à cet acte un caractère étrange et énigmatique pour l’observateur du début du XXIe siècle, qui n’est pas habitué à ce qu’un acte authentique puisse aussi être une œuvre d’art.


ADC, 1 J 869


Le document du mois prochain : Prospectus du docteur Marcel Petiot (1933)