29 - Fermeture des pâtisseries
Le préfet Maurice Hélitas fait placarder dans le Cantal cette mesure qui vise à limiter le superflu et donc à économiser les denrées alimentaires de première nécessité (beurre, lait farine et sucre). Les pâtisseries, comme dans les autres départements français, sont fermées plusieurs jours par semaine. Se mettent alors en place des comités de répartition du sucre, de la farine, du blé et du charbon. La pénurie d’aliments et d'autres articles se développe assez rapidement après le début de la guerre. Dès 1915, on prévoit de rationner le pain. En 1916 la pénurie est telle que le marché noir se développe, les citoyens étant réduit à manger du pain noir. La récolte est mauvaise et la pêche est interdite.

En 1917, la population française est répartie en 6 catégories pour la mise en place de tickets de rationnement.

Le ravitaillement est l’obsession du gouvernement qui craint le mécontentement de la population et des soldats. 


30 janvier 1917