6 - Journée de l’armée d’Afrique et des troupes coloniales
En 1914-1918, les opérations militaires n’ont pas été très importantes en Afrique. Par contre, les soldats originaires des colonies ont joué un rôle considérable sur les fronts européens et dans les Balkans, en particulier pour l’armée française qui a recruté près de 158 000 hommes en Afrique du Nord et 134 000 en Afrique noire (sur 8 700 000 hommes qui ont combattu en métropole).

Cette affiche a été réalisée par le peintre et dessinateur réaliste Lucien Jonas, dont les œuvres, régulièrement publiées dans la presse (en particulier dans L’Illustration), connaissent un grand succès pendant toute la guerre. Elle annonce une journée de charité, comme on en organise, depuis le début du conflit, au niveau national ou départemental en faveur des soldats. Elle représente des soldats de l’armée coloniale française lancés à l’assaut d’une position allemande, thème qui en fait la grande originalité (c’est sans doute la première affiche qui le traite). Au premier rang de ces fougueux combattants figure un tirailleur sénégalais, le plus connu des soldats coloniaux, qui s’avance en criant et en brandissant son fusil, plein de rage et de courage. L’affichiste l’a particulièrement mis en valeur : il est en effet au centre et occupe pratiquement toute la hauteur de l’image. Son attitude et son regard traduisent sa détermination. Sa capote en lambeaux, qui laisse entrevoir le jaune et le bleu de son uniforme, prouve que même les barbelés allemands n’ont pu l’arrêter. On peut supposer que le fantassin casqué se trouvant à sa gauche est un Maghrébin. 

Ces troupes de choc doivent servir à l’anéantissement de la « barbarie » allemande. De ce point de vue, l’affiche reflète fidèlement la théorie élaborée par le général Mangin en 1910 à propos de la « force noire » et de sa capacité à participer efficacement aux « coups durs » de la guerre en Europe.   


1917