3 - La une de L’Avenir du Cantal
L’éditorial d’Émile Bancharel, directeur de publication, rappelle l’engrenage qui conduit à la mobilisation puis à la guerre. Cette une met l’accent sur les rumeurs dont il faut se méfier et qui vont conduire à la mise en place du contrôle de la presse et à la censure. Le journal signale, sans la confirmer, la mort à Joncherey du caporal Peugeot. Il est le premier mort militaire français d’une guerre qui ne commencera que le lendemain 3 août 1914, avec la déclaration de guerre par l’Allemagne à la France.
 
 
5 août 1914